Accueil du site > Les Lyriades > Le Centre de la langue française d’Angers > Français historiques, variés et courants > La vitrine des curieux > Sélection de belgicismes

- Sélection de belgicismes

Réalisée par Michel Francard, professeur à l’université de Louvain

BROL [bROl] n. m.
1. FAM.Désordre ; fouillis.Il y a du brol partout dans la maison.― Confusion dans l’organisation. Si on ne dévie pas la circulation, ça va être un brol pas possible dans le tunnel. Voir déluge.
2. FAM. Ensemble d’objets disparates ; attirail.Il n’a même pas un marteau dans tout son brol. Tu vas me bazarder tout ce brol d’ici demain. Voir bidons.
3. FAM. Objet sans valeur, à mettre au rebut. Pourquoi tu gardes ce brol tout abîmé ? Ils ne vendent que des vieux brols. Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse faire du neuf avec un vieux brol. Voir cacaille.

▼Vitalité élevée et stable pour tous ces emplois, tant à Bruxelles qu’en Wallonie. ― Brol “camelote” est également employé en néerl. de Belgique (surtout parlé) (standard rommel).
▲Équivalents en fr. de référence : 1. (fam.) bazar – (fam.) pagaille ; 2. (fam.) bataclan ; 3. camelote, répandus en Belgique francophone.
▲Emprunt au flamand brol “camelote”.

CARABISTOUILLE [kaRabistuj] n. f. (souvent au pl.)
1. FAM.Propos fantaisiste qui vise à amuser. Raconter des carabistouilles.
2. FAM.Propos qui ne repose sur rien et qui vise à tromper. Toutes ces promesses électorales, ce sont des carabistouilles. ― Un diseur/une diseuse de carabistouilles, une personne qui conte des sornettes. Voir couille 1.

▼Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles (malgré la concurrence du synonymecouille 1*).― Également employé dans le Nord-Pas-de-Calais.
▲Équivalents en fr. de référence : 1. baliverne, (vieilli) calembredaine, faribole ; 2. bobard, (fam.) craque, sornette, également en usage en Belgique francophone.
▲Composé de cara-, d’origine peu claire, et bistouille “mauvais alcool”. Voir bistouille*.

CROLLE [kROl] n. f.
1. (Souvent au pl.)FAM. Boucle de cheveux.Une jolie tête blonde pleine de crolles. ― Frisette.Faire des crolles, friser ses cheveux. Refaire ses crolles, refriser ses cheveux. ― Fer à crolles loc. nom. m. Fer à friser. 2. FAM. Objet ou signe graphique dont la forme évoque une boucle. Le câble électrique fait une crolle au-dessus du poteau. ― SPECIALT Marque de pénalisation au couyon* (que l’on représente sous la forme d’une boucle ajoutée à la ligne*).Voir couille 2.
Voir croller.
REMARQUE
Le sens “copeau”, encore relevé par la lexicographie belge contemporaine, paraît aujourd’hui quasi inusité.
▼1. Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, sauf pour fer à crolles qui est quasi inusité aujourd’hui. ― Également employé dans le Nord de la France (Nord-Pas-de-Calais, Ardennes). 2. Vitalité peu élevée et décroissante en Wallonie. Quasi inusité à Bruxelles.
▲Équivalents en fr. de référence : 1. boucle, frisette ;2. boucle, également en usage en Belgique francophone.
▲Emprunt au flamand krol “boucle de cheveux” (néerl. standardkrul), que l’on observe aussi dans les parlers romans de la Wallonie.

CUISTAX, qqf. CUISSE-TAX[kwistaks] n. m.
Cycle à trois ou quatre roues, actionné par des pédales et pouvant accueillir plusieurs passagers (selon les modèles), très en vogue sur la côte belge. Louer des cuistax. Se promener en cuistax le long de la plage. Course de cuistax.
▼Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles.
▲Le fr. de référence n’enregistre pas d’équivalent pour ce mot. Dans le Nord et l’Ouest de la France, on observe (à l’oral et à l’écrit) la forme rosalie.
▲L’étymologie de ce mot est obscure. La dénomination flamande est billenblekker, littéralement “(engin) qui fait exhiber les cuisses”.

DRACHE [dRaS] n. f.
FAM. Pluie battante ; forte averse. Une cérémonie gâchée par la drache. Notre promenade a dû être écourtée à cause d’une drache. ― Drache nationale loc. nom. f. Dénomination d’une averselorsqu’elle tombe le 21 juillet (fête nationale belge). Le défilé des troupes s’est déroulé sous la drache nationale.
Voir dracher.
▼Vitalité élevée et stable, en Wallonie comme à Bruxelles. ― Également employé dans le Nord de la France (Nord-Pas-de-Calais, Ardennes), ainsi qu’au Congo-Kinshasa et au Rwanda.
▲De la famille du flamand draschen “pleuvoir à verse”. Voir dracher*.

NAVETTEUR, -EUSE [naft4R, -0z] ou [navEt4R, -0z] n.
1. Personne qui effectue régulièrement le trajet entre son domicile et son lieu de travail, en empruntant un moyen de transport collectif. Le nombre de plaintes de navetteurs à l’encontre de la S.N.C.B.* explose.
2. PAR EXT. Personne qui fait régulièrement la navette pour se rendre à son lieu de travail.Les Belges sont les plus grands navetteurs d’Europe, avec plus d’une heure de trajet en moyenne pour aller et revenir de leur travail.
▼Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. ― Également employé au grand-duché de Luxembourg. ― Navetteur[navEt0R]est aussi attesté en flamand, mais le néerl. de Belgique emploie pendelaar (standard forens ou, pour un étudiant, spoorstudent).
▲Le fr. de référence banlieusard n’est qu’un équivalent approximatif de navetteur, dans la mesure où les navetteurs en Belgique ne sont pas nécessairement des banlieusards. Par contre, pendulaire (adj. et n.) en Suisse romande désigne la même réalité qu’en Belgique francophone.
▲De navette “aller-retour”,type .

(éventuellement) TRAPPISTE [tRapist] adj. et n. f.
Bière de fermentation haute, avec une seconde fermentation en bouteille, brassée dans six abbayes de moines trappistes en Belgique,ainsi qu’à l’abbaye de Koningshoevenaux Pays-Bas. Une bière trappiste.― N. f.Boire une trappiste. Les trappistes belges sont la chimay*, l’orval*, la rochefort*, la westmalle*, la westvleteren* et l’achel*.
Voir bière d’abbaye*.
▼Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles.
▲Par référence àtrappiste “moine cistercien” (qui brasse ce type de bière).

(éventuellement) ZONING [zoniM] n. m.
Zone périurbaine où se concentrent des activités industrielles, artisanales ou commerciales. Zoning industriel/artisanal/commercial. Une extension du zoning est à l’étude. Le zoning industriel des Hauts Sarts accueille un nouvel investissement immobilier.
▼Vitalité élevée et stable, tant en Wallonie qu’à Bruxelles.
▲Équivalent en fr. de référence : zone industrielle (Z.I.), peu employé en Belgique francophone.
▲Issu de l’anglais zoning “répartition en zones”, avec spécialisation de sens.



Suivre la vie du site Suivi des publications (RSS 2.0) | Plan du site | Espace privé