Accueil du site > Les Lyriades > Le Centre de la langue française d’Angers > Langues, littérature et culture des Pays de Loire > La vitrine des curieux > La mélancolie de René d’Anjou…

- La mélancolie de René d’Anjou…


Ce n’est pas pour rien que notre René d’Anjou (1409-1481) devint au XVIIe siècle, sous la plume d’historiens provençaux, le « bon roi René » : on le connaît mécène de goût et politique averti, tout en ayant de grandes qualités humaines… Du moins c’est ainsi que les auteurs le dépeignent après sa mort, dès le XVIesiècle. Cependant, ces descriptions posthumes, lues aujourd’hui, semblent plutôt vouloir amorcer une légende – celle d’un roi délicat menant bonne vie dans ses châteaux d’Anjou et de Provence – que chercher une réalité dans cette humanité que dégageait René d’Anjou.

Intéressons-nous alors à ses propres écrits. Amoureux des Arts et des Lettres, René a lui-même écrit trois principaux ouvrages, auxquels il faut sans doute ajouter, selon les dernières recherches, la pastorale de Regnault et Jeanneton : le Traité de la forme et devis d’un tournoi, Le Mortifiement de Vaine Plaisance et le fameux Livre du Cœur d’Amour épris. Outre un magnifique travail sur le rapport entre texte et enluminures, notre « bon roi » nous montre sa capacité à se représenter dans des domaines littéraires divers, très différents les uns des autres, et dont les deux derniers écrits nous donnent une image bien différente de celle que l’on peut se faire de son auteur selon la « légende ».

C’est en 1455 qu’il aurait écrit Le Mortifiement de Vaine Plaisance, titre bien austère pour un « traité » qu’il entend écrire « entre l’âme dévote et le cœur plein de toute vanité », utilisant pour cela le moyen de la littérature allégorique. Le texte se présente comme un voyage de l’Âme de l’auteur, personnifiée, qui croise et insère dans sa longue plainte Crainte de Dieu et Contrition qui dissuadent l’Âme de chercher Vraie Amour par des paraboles, après quoi le cœur de l’Âme vit une Passion symbolique, est mis en croix pour se voir enfoncer des clous par Ferme Foi, Espérance et Vraie Amour. Cette insertion du sujet profane de l’Amour dans le thème religieux par excellence qu’est la Passion du Christ montre finalement au lecteur une grande âpreté et une grande dévotion de l’auteur.

Deux ans plus tard, René d’Anjou écrivit le plus célèbre Livre du Cœur d’Amour épris, où il réutilise le procédé de l’allégorie, mais avec, cette fois-ci, le Cœur en personnage principal, et personnifié en chevalier partant à la conquête, accompagné par son écuyer Désir, de sa dame, Douce Merci. Dans leur périple, ils croiseront notamment Espérance et Jalousie, combattront Souci puis Danger qui tuera Désir et blessera Cœur. À la fin de cet original roman en prose, René d’Anjou tombe de son lit : tout ceci n’était qu’un rêve. Dans cette atmosphère libérée de la contrainte du réel et de la raison – mais virant au cauchemar – le texte se présente comme un exercice mélancolique d’élucidation de soi, combinant pour ce faire deux littératures bien connues au Moyen-Âge : la tradition de l’allégorie courtoise du Roman de la Rose et celle du roman arthurien. Malgré un ton bien plus plaisant (peut-être parce que, cette fois, non religieux) que dans son ouvrage précédent, les tribulations de Cœur sont la traduction symbolique du mal d’amour, et la fin du texte prouve bien que par ce développement de psychologie pessimiste l’auteur ne traite que d’un seul objet : lui-même.

Un grand cœur, cela correspond bien à l’image humaine et généreuse que l’on a de René d’Anjou, et c’est bien cette partie du corps qui le préoccupe décidément, mais avec un grand désespoir et un véritable pessimisme, qu’il soit représenté dans ses écrits allégoriques sous la forme d’un traité religieux ou d’un onirique roman de chevalerie. C’est que la mélancolie de René d’Anjou ressort dans son talent d’écrivain « complet », dans des formes bien différentes, mais en tout cas toujours avec une grande poésie.

Hélène Averseng, étudiante en Master à l’Université d’Angers


Suivre la vie du site Suivi des publications (RSS 2.0) | Plan du site | Espace privé