Accueil du site > Les Lyriades > Les conférences mensuelles, les Lyriades-Jeunesse, etc. > Les conférences des Lyriades > Saison 2014-2015 > - 16 octobre 2014 : Les mots de la grande guerre

- 16 octobre 2014 :
Les mots de la grande guerre

Cette soirée-débat aura lieu à 20h30 aux Archives départementales, 106 rue de Frémur à Angers.

Les mots de la grande guerre

En partenariat avec les Archives départementales de Maine-et-Loire.

avec Jean-François Sablayrolles, professeur à l’université de Paris-Nord et Jean-Pierre Goudaillier, professeur à l’université René-Descartes - Paris V.

" Les mots dont la date d’apparition donnée par le petit Robert se situe entre 1914 et 1918 ne relèvent que partiellement des événements politiques et militaires : beaucoup sont complètement indépendants « la vie continue » me disait Agnès Steuckardt en commentaire (la linguistique, la pasychanalyse, etc. ont introduit beaucoup de nouveautés lexicales à durant cette période).
Les mots des tranchées, tels qu’ils ont été recensés par Odile Roynette, ne sont que peu représentés dans le corpus livré par mes requêtes sur le CDrom du PR. En fait beaucoup de ceux qu’elle analyse ont été créés antérieurement, mais c’est le moment où ils ont connu une grande circulation et, de ce fait, ils ont été jugés représentatifs de cette période et des conditions de vie des poilus.
Le livre d’Odile Roynette (Les mots des tranchées, Armand Colin, 2010) est une lecture passionnante dans le domaine. Pour la néologie en général, je cite seulement mon livre de 2000 chez Champion, La néologie en français contemporain, et le Que-sais-je écrit ? en collaboration avec Jean Pruvost, Les néologismes (la seconde édition de 2012 a éliminé des fautes qui s’étaient glissées à mon insu dans la 1ère éd. de 2003)."
Jean-François Sablayrolles


Au-delà de la controverse initiée par Jean-Norton Cru à propos de la validité des témoignages écrits " littéraires " de la Grande Guerre il est important, voire nécessaire de pouvoir analyser, un siècle après, les termes et expressions utilisés par les soldats français au combat, dans les tranchées en tenant compte des avancées de la linguistique contemporaine. En prenant en considération d’une part les résultats des analyses faites de l’argot de la guerre, des tranchées à l’époque même de la guerre par, entre autres, Albert Dauzat, Gaston Esnault et Lazare Sainéan et d’autre part les témoignages offerts par diverses sources (lettres, cartes postales, carnets de guerre, journaux de tranchées, romans, mémoires, etc.), il est possible de proposer des outils de travail pour établir l’existence ou non d’un argot des poilus et procéder dans l’affirmative à l’inventaire des lexèmes et expressions spécifiques d’une telle variété langagière du français populaire / argotique de l’époque de la guerre de 14-18.
Jean-Pierre Goudaillier


Suivre la vie du site Suivi des publications (RSS 2.0) | Plan du site | Espace privé