Accueil du site > Les Lyriades > Le Centre de la langue française d’Angers > Français historiques, variés et courants > La vitrine des curieux > Problème de graphie et de sens

- Problème de graphie et de sens

par Marion Toulgoat

Laquelle de ces graphies est correcte : « autant pour moi » ou « au temps pour moi » ?

Pour ma part, cette question m’a effleuré l’esprit il y a quelques mois, au cours d’un échange écrit avec une camarade de promotion. Au milieu d’une conversation un débat a éclaté après que j’eus admis une erreur en utilisant « autant pour moi ». Sans pouvoir expliquer pourquoi, chacune de nous était persuadée que sa graphie était la seule et unique acceptable. Alors que nous restions campées sur nos positions respectives, je me suis tournée vers Internet afin que la vérité fasse surface.
Tout d’abord, qu’est-ce que l’Académie française nous apprend à ce sujet ? L’institution explique que cette expression est issue du langage militaire (à la lecture de ces quelques mots, je savais déjà que mon amie avait gagné une bataille car elle a grandi dans un milieu militaire). Dans ce contexte « Au temps ! » se dit afin de commander la reprise d’un mouvement depuis le début (sous-entendu : « Au premier temps ! »). J’étais alors plus au clair avec l’origine de cette expression. Et avec la graphie que l’Académie française nous autorise. Car « la graphie ‘Autant pour moi’ est courante aujourd’hui, mais rien ne la justifie. ». Sauf qu’entre ce que cette institution pose comme correct et la réalité, il y a bien souvent un fossé. Qui plus est, cela ne nous éclaire par sur le passage du langage militaire à la signification actuelle de cette expression !
Il semblerait, selon plusieurs sources, que nous utilisions « au temps pour moi » dans le sens suivant : j’accepte mon erreur et je consens à reprendre ma réflexion depuis le début. Cela fait sens. J’aurais pu m’arrêter là et admettre ma défaite. Or, mon amie avait gagné une bataille mais pas la guerre !
Effectivement, tout cela n’explique en rien la graphie « autant pour moi ». Il semblerait que celle-ci vienne du fait que l’on reconnaît faire autant d’erreurs ou avoir la même propension à faire des erreurs que son interlocuteur. D’où l’utilisation de l’adverbe « autant » indiquant une égalité.
Ainsi, j’ai découvert que même les spécialistes du langage ne sont pas d’accord sur les origines de cette expression. J’en conclus donc (mais cela n’est que mon opinion) que chacun peut librement choisir son camp.



Suivre la vie du site Suivi des publications (RSS 2.0) | Plan du site | Espace privé