Accueil du site > Les Lyriades > Le Centre de la langue française d’Angers > Français historiques, variés et courants > La vitrine des curieux > La légendaire étymologie du verbe « baragouiner »

- La légendaire étymologie du verbe « baragouiner »


La légende populaire est certainement née d’une coïncidence linguistique au lendemain de la guerre de 1870. A cette époque, les parlers de France se rencontraient… et ne se comprenaient pas toujours ! On a ainsi affirmé que « baragouin » viendrait du breton « bara », pain et « gouin »/ « gwin », vin ; ce que les soldats bretons auraient réclamé souvent sans se faire comprendre, rendant le terme synonyme de « parler indistinctement, d’une manière incompréhensible ». Une note de M. Roulin au Littré évoque également une autre hypothèse proche : « Composé, non de « bara », pain, et « guin », vin, mais de « bara », pain, et « gwenn », blanc, les miliciens de la Basse-Bretagne, qui arrivaient à Rennes ou à Laval, et qui étaient logés et nourris chez les bourgeois, témoignant leur surprise et leur satisfaction à la vue du pain blanc et répétant « bara gwenn ».

N’y aurait-il pas une pointe de mépris dans cette étymologie un peu facile ? Le terme est en fait plus ancien : en 1580, Montaigne l’utilise dans Les Essais (Livre II), non sans dérision, évoquant un « livre basty d’un espagnol baragouiné en terminaisons latines ». Et même avant lui Rabelais faisait affirmer à Pantagruel au chapitre 9 de l’œuvre éponyme « Mon amy, ie n’entens poinct ce barragouin ». Remontons enfin le cours de l’Histoire de la langue de quelques siècles pour trouver la forme attestée de « barragouyn » chez Du Cange en 1391 (« Beaux seigneurs, je ne suis point Barragouyn : mais aussi bon chrestian ») alors synonyme de « sauvage », « grossier » ou « barbare ».

Ainsi l’histoire étonnante du mot a une origine bien plus lointaine mais toute aussi orgueilleuse : si l’on convient que le mot provient du latin « barbarus » emprunté lui-même au grec « β α ́ ρ ϐ α ρ ο ς » (dont le bégaiement interne habille le mot de ridicule), il signifie donc à l’origine « étranger », c’est à dire « n’étant pas grec » et, par extension, « non-civilisé » !

Nous pouvons achever cette petite recherche étymologique sur une autre coïncidence aux allures de vengeance : en effet en breton, « baragouiner » se dit « GREGACHat, -iñ » et signifie littéralement « parler grec »…

Pour les plus curieux des « lèche-vitrine »… Quelques outils étymologiques accessibles en ligne grâce au portail gratuit Lexilogos :
- Le Portail Lexilogos : www.lexilogos.fr
- Le Littré : http://www.littre.org/
- Le TLFI (Trésor de la langue française informatisé) : http://atilf.atilf.fr/
- Le Favereau (Franco-breton) http://www.arkaevraz.net/

Naéva Aubert


Suivre la vie du site Suivi des publications (RSS 2.0) | Plan du site | Espace privé